Rhizo‘Sol et l‘Inde

En mai 2017, nous avons organisé le festival « Le Printemps Indien » où de nombreuses activités ont été proposées avec notre partenaire indien Bharati Trust. Notamment une soirée d’échanges au lycée agricole Le Valentin à Bourg lès Valence, sur le thème des conditions de vie des travailleurs agricoles et la souveraineté alimentaire en Inde.

Photo prise par Élodie Derland

Les étudiants ont été intéressés et ont beaucoup interagi. Mais 4 d‘entre eux ont été vraiment séduits par notre partenaire indien représenté par sa directrice: Kari Siddamma. Après l’avoir assailli de questions à la suite de la conférence, ils ont pensé aller découvrir cette association au Tamil Nadu. Ils se sont alors rapprochés des bénévoles de Rhizo‘Sol et nous avons ainsi relevé le défis.

 

Pendant 7 mois, nous les avons accompagné dans leur préparation au départ, dans l‘organisation du séjour et dans leur récolte de fonds ici pour contribuer à un projet de développement là bas. La préparation a été constituée de 3 journées de formation sur les relations internationales et l histoire des déséquilibres entre les pays du nord ex-colonisateurs et les pays du sud ex-colonisés, l‘évolution des théories du développement, les relations interculturelles et les chocs culturels, ainsi que les valeurs du groupe, ses forces et ses faiblesses. Ces journées ont aussi permis au groupe de s‘immerger pendant un week-end dans une ferme, tous dormant dans la meme pièce et travaillant dans les champs pendant la journée, afin de sentir comment le groupe réagirait, une fois arrivé dans le centre de formation agricole de Bharati Trust.

Photo prise par Élodie Derlande

Photo prise par Élodie Derlande

Cette préparation a porté ses fruits. Enrichissant la grande motivation du groupe, elle a permis à ce dernier de s‘ouvrir réellement à la culture locale et aux Irulas qui sont des populations hors caste partenaires de Bharati Trust. La récolte de fonds a permis l‘achat d‘éclairage public et de prises solaires pour un village irula en reconstruction qui avait été dévasté par une inondation, quelques années auparavant.

Voici les témoignages de 2 des 4 jeunes partis à 18 ans chez notre partenaire

Photo prise par Élodie Derlande

Photo prise par Élodie Derlande

NOTRE SEJOUR CHEZ BHARATHI TRUST

En arrivant à la ferme de Siddamma, ce fut une évidence pour moi que nous devions être ici. L’endroit est remarquable, tant dans la forme que dans le fond. Le Pourquoi qui survole les champs et les rizières. Je connaissais le pourquoi : Pisser au nez d’une agriculture conventionnelle qui a ravagé les terres indiennes pendant trop d’années, engendré des suicides chez des paysans qui se devaient de travailler avec des sols infertiles, de payer des dettes aux grandes industries semencières etc…
Je n’avais pas la forme : Quelques hectares entourés de montagnes, site tout en longueur sur un peu plus d’un kilomètre. Des prairies, des champs, des animaux, un foyer : La recette d’un séjour qui s’annonçait fort sympathique.

IMG_3821

Photo prise par Élodie Derlande

Le rythme de nos vies s’était vite installé, une Good Routine pour la faire courte : Dodo, lever 5h30, yoga, café, cuisine ou travail aux champs, manger, travail aux champs, manger, activités diverses, visites… , cuisine, manger, dodo. Largement de quoi combler toutes mes attentes (bien qu’en réalité en arrivant, je n’avais ni exigences ou attentes mais bien tout à découvrir). Le lieu, la raison, j’oublie alors le plus important : Les gens.

DSCN5527

Photo prise par Élodie Derlande

Photo prise par Élodie Derlande

Bien qu’elle ne soit plus de la première jeunesse (avec tout le respect que je lui dois), Siddamma s’est faite apprécier de nous tous comme une amie. Intéressante à souhait, son dynamisme est débordant. De même pour deux de ses sœurs avec qui nous avons partagé le séjour, la cuisine, les cafés, les thés et pour les travailleurs avec qui nous avons façonné les bordures des rizières, coupé des branches, creusé des tranchées d’irrigation, gouté à des breuvages pas toujours à nos gouts… Et d’autres à qui je pense fort
mais que je ne cite pas.

DSC_0794

Photo prise par Élodie Derlande

Photo prise par Élodie Derlande

La langue n’a pas été un problème majeur, contrairement à ce que j’aurais pu imaginer. J’ai compris que ce n’est pas au travers de nos mots qu’on exprime le plus de choses. Au village Irula où nous avons été 2 jours, cela s’est confirmé : Les rires, les gestes, le partage d’un « instant » particulier, m’ont fait vivre ce que je ne peux ni écrire, ni décrire. Nous avons mangé (beaucoup), dansé (beaucoup), joué, baladé en montagne et j’en passe.

Photo prise par Élodie Derlande

Photo prise par Élodie Derlande

Me voilà nostalgique… Je me ressaisis.
Je vais être honnête avec vous sur un point. En débarquant en Inde, pour mon premier voyage si loin de chez moi et portant (même très secrètement) ma grande et belle culture occidentale, je me suis prise une GROSSE CLAQUE. Car c’est un déluge de bienveillance et d’amitié qui s’est abattu sur nous, un trop plein de Good Vibes. J’ai pris, sans chercher à comprendre, tout ce qu’ils m’ont donné sans même être capable de le leur rendre à part égale. C’est du moins le ressenti que j’ai eu. Au retour en France, l’individualisme est devenu frappant.

Photo prise par Élodie Derlande

Photo prise par Élodie Derlande

Il y aurait encore tant à dire sur ce mois passé dans ces contrées lointaines. Cependant je m’arrête ici, espérant que cet aperçu vous aura donné envie d’aller y faire un tour un jour, là-bas ou ailleurs 🙂
Merci de votre lecture !
Elodie

Photo prise par Élodie Derlande

Photo prise par Élodie Derlande

L’Inde…

Un pays d’inégalités fortes, de drames, d’une révolution verte malmenée… mais aussi de richesse culturelle, de couleurs, d’épices, de gentillesse…
C’est un très grand pays avec presque autant de langues et de cultures que d’habitants. Chaque région est différente, les paysages sont magnifiques, les gens sont merveilleux.
Dans ce pays qui essaye de s’imposer dans l’ordre mondial désordonné et inégal, face aux pays riches et puissants; certaines personnes, familles et tribus font tout pour conserver une humanité ancestrale.
Face aux “semences de mort” des géants semenciers, face à la privatisation des ressources vitales, au vol des terres, face au creusement des inégalités et à l’augmentation des préjugés; des gens se lèvent pour faire revivre ce pays et ce monde. C’est le cas de personnes comme celle qui refuse une situation sociale machiste, qui refuse de périr pour le profits d’avares occidentaux. C’est le cas de tribus comme celles qui
se battent contre un système politique de séparation du peuple.
Ces personnes, marginalisées par une société injuste ont gardé une amitié extraordinaire, une ouverture à l’autre pour partager un repas, une chanson, une danse…

Ce pays est merveilleux à découvrir; rencontrer des gens qui refusent une société meurtrière et qui construisent un autre monde, respectueux de notre Terre.
Construire un centre agroécologique où ne rentre aucun des produits tueurs de firmes multinationales, où les semences sont fertilles et ressemées; réapprendre des techniques culturales autonomes et bénéfiques pour les êtres humains et la Nature; se battre contre les politiques pour les droits sociaux des plus pauvres
et marginalisées…

C’est ce que fait Bharathi Trust, dirigée par Siddamma, pour une Vie libre sur une Terre merveilleuse.

Aurélien

Photo prise par Élodie Derlande

Photo prise par Élodie Derlande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *